L'anneau gastrique ajustable

 

Il s'agit d’un anneau en silicone positionné à titre définitif sur le haut de l’estomac. Il crée, par un phénomène de sablier, un ralentissement du bol alimentaire. Les aliments doivent être bien mâchés et pris doucement en petites quantités.

C’est une intervention pratiquée depuis 30 ans avec une perte de poids à 18 mois de 50% de l’excès de poids chez 60% des patients opérés.

C’est l’opération la plus simple et la moins risquée pratiquée en chirurgie de l’obésité.

L’intervention est réalisée au bloc opératoire sous anesthésie générale par coelioscopie (2 incisions: 1 de 2 cm, 1 de 3 mm). Des fils résorbables intradermiques sont utilisés pour la peau (pas de fils ou agrafes à enlever).

Elle dure 30 minutes environ.

Les patients remontent dans leur chambre après un séjour de 2 à 3 heures en salle de réveil.

L’hospitalisation dure 24h au cours desquelles un entretien diététique (programme personnalisé de réalimentation) et réalisé.

Les suites opératoires sont généralement simples.

Les patients sortent avec des antalgiques simples et des soins de paroi à réaliser.

L’arrêt de travail prescrit est de 15 jours.

Les patients sont revus par l’équipe diététique à J15 et J30, par le chirurgien à J45, puis tous les 2 mois. Des serrages de l’anneau sont éventuellement à réaliser au cas par cas et un contrôle radiographique de la bonne position de l’anneau tous les ans

Déroulement de l'hospitalisation pour la pose d'un anneau gastrique ajustable

Le Centre de l'obésité de Provence - Aix (Aix-en-Provence, dans les Bouches-du-Rhône) vous explique le déroulement de l'hospitalisation pour la pose d'un anneau gastrique ajustable.

Vous arrivez dans l’établissement hospitalier le jour de l’intervention qui durera en moyenne 30 minutes, ceci étant variable selon votre poids ou l’existence d’opérations précédentes sur l’abdomen.

L’anesthésie dure au total une heure supplémentaire pour permettre l’installation et la désinstallation sur la table d’opération.

La pose d’anneau gastrique est toujours réalisée sous anesthésie générale.

L’intervention est réalisée à l’aide d’une caméra miniaturisée et d’instruments introduits par de petites incisions de 5 à 12 mm au niveau du ventre. On parle aussi de chirurgie mini-invasive ou de laparoscopie.

Exceptionnellement, l’opération est faite par une incision classique (laparotomie) qui peut être décidée avant l’opération, ou pendant l’intervention quand des difficultés particulières apparaissent comme un saignement difficile à contrôler.

Pour la sécurité de l’opération, un bilan préopératoire très complet est réalisé comme le recommande la Haute Autorité de Santé.
La réalisation de ce bilan vous laisse le temps pour la réflexion. Cela vous permet de vous renseigner sur les différents types d’interventions possibles.
Lors de la seconde consultation n’hésitez pas à reposer des questions à votre chirurgien.

Il n’y a jamais d’urgence à poser un anneau gastrique.

Cette intervention nécessite une demande d’entente préalable auprès de la sécurité sociale qui sera rédigée par votre chirurgien.
Celle-ci a 15 jours pour répondre et éventuellement vous convoquer. Passé ce délai, l’absence de réponse signifie que vous avez obtenu un accord.

Après la pose d'un anneau gastrique

Le Centre de l'obésité de Provence - Aix (Aix-en-Provence, dans les Bouches-du-Rhône) vous explique ce qu'il faut faire après la pose d'un anneau gastrique ajustable.

La période qui suit la pose d’un anneau gastrique nécessite une surveillance attentive. En général, les suites opératoires sont simples et cette intervention ne nécessite pas de passage en réanimation, ni en soins intensifs. Une ré-intervention en urgence peut être nécessaire si une complication est suspectée, mais cela reste exceptionnel.

La durée moyenne d’hospitalisation en France était, en 2015, de près de 2 jours, mais elle est généralement plus courte.

Il est essentiel de bien suivre les conseils d’alimentation donnés par le chirurgien, les diététiciennes et les infirmières.

Classiquement, la reprise des aliments commence par des repas semi-liquides puis solides. Il faut manger calmement, lentement, ne pas boire pendant les repas et bien mâcher lors de la reprise des aliments solides. Un programme ou des conseils d’alimentation vous seront remis. Un accompagnement psychologique est également souvent utile.

Vous devez vous engager à revoir votre chirurgien et votre nutritionniste pour un suivi à long terme. La perte de poids importante des 3 premiers mois entraîne une grosse fatigue, car elle concerne aussi les muscles.

La pratique d’une activité physique est donc impérative et doit être débutée le plus tôt possible après l’intervention (environ un mois après). C’est elle qui permet de reconstituer le muscle, ce qui réduira votre fatigue.

Ces nouvelles règles de vie limiteront également le risque de reprise de poids. Après la pose d’un anneau gastrique, on estime qu’au cours des 2ème et 3ème années, la reprise de poids peut atteindre 10% du poids perdu durant la première année. La perte de poids atteint en moyenne, au bout de 10 ans, 40 à 60% de l’excès de poids initial.

Après votre retour au domicile la survenue de certains signes doivent vous conduire à contacter votre chirurgien sans attendre : essoufflement, douleurs abdominales aiguës ou intenses, fièvre, saignements par l’anus ou vomissements répétés, douleurs des épaules en particulier à gauche, car ces symptômes peuvent traduire la survenue d'une complication.

Les quelques échecs, qui peuvent avoir lieu juste après la pose ou au contraire à long terme, sont la conséquence du non-respect des règles diététiques et de l’absence de surveillance.

Il ne faut donc pas se faire poser un anneau gastrique sans avoir bien compris cette hygiène alimentaire indispensable après l’opération. De même, si vous n’avez pas accepté de vous y contraindre, ou si vous ne pouvez pas être suivi au moins une fois par an par une équipe spécialisée, il faut oublier cette opération. Sinon le risque d’avoir à vous faire enlever l’anneau est élevé (jusqu’à 40 %) avec, alors, une très forte probabilité de reprise massive du poids, ce qui peut conduire à une nouvelle intervention chirurgicale avec son cortège de complications.

En revanche le bon respect de ces règles permet d’espérer, à 10 ans, une réduction de l’excès de poids de près de 60 %.

Comme après toute chirurgie de l'obésité, la grossesse est déconseillée pendant la première année post-opératoire. Une contraception efficace est donc recommandée.

Complications suite à la pose d'un anneau gastrique ajustable

Le Centre de l'obésité de Provence - Aix (Aix-en-Provence, dans les Bouches-du-Rhône) vous explique les complications possibles pour la pose d'un anneau gastrique ajustable.

Complications immédiates

Certaines complications peuvent avoir lieu pendant l’opération ou dans ses suites immédiates. Elle peuvent obliger le chirurgien à ré-intervenir rapidement.

Le plus fréquemment, il s’agit de blessures accidentelles lors de l’opération chirurgicale (perforation de l’estomac, blessure, saignement ou infection d’un organe de voisinage : foie, rate, gros vaisseau). Si l’équipe du bloc opératoire s’en aperçoit au cours de l’intervention elles sont rapidement traitées et leur évolution est favorable. Dans le cas contraire, elles nécessitent une ré-intervention et des soins prolongés en service de réanimation.

Ces complications sont le plus souvent en rapport avec des difficultés opératoires, notamment des adhérences (des organes sont collés entre eux) provoquées par la cicatrisation des opérations antérieures.

En cas de saignement important, des transfusions de sang ou de dérivés sanguins peuvent être nécessaires, mais elles sont toujours accompagnées d’un protocole de contrôle très précis et strict, de manière à éviter des contaminations, extrêmement rares aujourd’hui, comme l’hépatite ou le HIV.

Ces complications immédiates graves sont extrêmement rares. Globalement, le taux de complications est évalué à 0,05 % pour les perforations et 0,02% pour les hémorragies. Le risque de décès reste très faible : inférieur à 0,01 % dans la littérature.

L’obésité augmente le risque de phlébite (caillot dans les veines) et d’embolie pulmonaire. C’est pour cela qu’on vous prescrit, après l’opération, des piqûres pour fluidifier le sang et la mobilisation (lever, marche…) aussi vite que possible après l’opération, permet de limiter ce type de complication. Les bas de contentions de sont pas obligatoires mais sont recommandés si possible (taille adaptée).

Complications tardives

Ce sont des complications liées au matériel implanté :

Il arrive que le boitier se retourne sous la peau, que le tuyau qui relie le boitier et l’anneau se débranche ou s’infecte. Il peut également entraîner localement des douleurs sous la peau.

La petite poche de l’estomac, située au-dessus de l’anneau, peut parfois se dilater, c’est ce que certains appellent un « glissement » (2 à 4 %). Cela se traduit par des vomissements et parfois une impossibilité de s’alimenter.

L’anneau peut, exceptionnellement (1 à 2 % des cas) migrer dans l’estomac suite à un érosion avec parfois une infection du système.

Après votre retour au domicile la survenue de certains symptômes doit vous conduire à contacter votre chirurgien sans attendre : essoufflement, douleurs abdominales aigues ou intenses, fièvre, saignements par l’anus ou vomissements répétés, douleurs des épaules en particulier à gauche.

La survenue, même à distance de l’opération, de vomissements répétés doit vous conduire à contacter votre chirurgien sans attendre.

Source : ASSPRO scientifique

En savoir plus
Dans le cadre de l'amélioration de l'information que nous vous communiquons, vous pouvez noter cette page.
Cliquez pour noter !